Heure à Córdoba
NOUVELLES - E-MAIL - QUI NOUS SOMMES - LE LIVRE - VERSION ESPAGNOLE AMAZONAS - CLIMAT - ENERGIE - VERSION ANGLAISE - NOTES DU PILOT - LINKS










Durban : fluctuat nec mergitur

par Pierre Lutgen
Membre de FAEC á Luxembourg

Durban offrait la dernière chance de sauver la planète d'un réchauffement catastrophique. Et cela après la dernière chance ratée en 2009 à Copenhague et l'autre dernière chance en 2010 à Cancun.

Le problème est que sur base des mesures satellitaires la température n'a pas augmenté au cours des dernières 13 années. Le trou d'ozone n'intéresse plus personne. Ni les pluies acides. On assiste à une prolifération de nounours polaires. Et on n'a nulle part vu les 50 millions de réfugiés du climat prophétisés pour 2010 et que des expéditions luxembourgeoi-ses voulaient aller secourir.

Il fallait donc trouver autre chose pour maintenir la panique : la montée des océans !

Et tout à propos on trouvait dans les tiroirs de Al Gore de belles images avec des villes comme Londres et New-York submergées par les flots et des graphiques générés par ordinateur, et des plus convaincants.

Le problème est que le niveau des océans n'a pas monté au cours des dernières 50 années. Le niveau des eaux était d'ailleurs plus haut au 18ème siècle. C'est du moins ce que dit le Pr Nils-Axel Mörner, ancien président de l'International Commission on Sea Level Change. Et le Prof.Dr Friedrich-Karl Ewert contredit dans la Frankfurter Allgemeine les pronostics alarmistes du Potsdam Institut. Les satellites non plus ont pu détecter une montée des océans. Je suis sûr que les experts luxembourgeois qui ont remarqué la montée récente du niveau du lac d'Esch-sur-Sûre ne seront pas d'accord. Mais en fait qu'est-ce qu'ils faisaient tous dans cette galère ?

Les projecteurs des media se sont un peu détournés de Tuvalu parce qu'on nous avait prédit sa disparition, mais cette jolie île du Pacifique est toujours là, avec un niveau d'eau constant autour d'elle. Les projecteurs se sont tournés vers les Maldives où le président Nasheed, ami de Bank-I-Moon, appelle tout le monde à l'aide pour éviter que ses îles paradisiaques ne soient englouties. Ceci ne l'empêche pas, ou cela l'aide plutôt financièrement , à construire partout des hôtels sur ses plages.


Aéroport des Maldives. Plusieurs autres planifiée.

L'augmentation du niveau des océans est une fausse alarme. Il y a des endroits où le niveau des océans monte (côte Est des Etats-Unis), d'autres où il baisse (Stockholm) et d'autres où il reste constant (Inde, Australie). Les océans sont comme une grande baignoire qui oscille.

Les chercheurs de la NASA ont d'ailleurs du admettre en mai de cette année que comme les océans ne montaient pas comme prévu, il fallait trouver une astuce pour que la foi des croyants ne soit pas perturbée. Ils ont ajouté d'office 0,3 mm par année à cette montée, non pas parce que la mer montait mais soi disant pour compenser une montée des terres.

On nous fait baigner dans une catastrophe, qui repose sur du sable

Pierre Lutgen
Hostert


Envoyez-nous votre opinion
 Nom:
Email:
Commentaires:


Retourner à la page Principale        Aller à la Version Espagnole
Regardez le temps dans l'Argentine



Voir icí autres intéressantes
statistiques de la page

Free counter and web stats
¿De quelles pays nous visitons?
¿Qui sont les visiteurs?

Locations of visitors to this page

contador